Hématurie

Il n’existe pas de corrélation entre le type d’hématurie et la gravité de la maladie causale

 

Prévalence des causes d'hématurie fonction de l'âge et du sexe

Recherche de signes de gravité

  • évaluation hémodynamique : anémie, choc hypovolémique
  • rétention aiguë d’urine sur caillotage : sondage vésical ± irrigations
  • décaillotage, contre-indication absolue au cysto-cathéter
  • hypertension maligne en cas de néphropathie
  • traumatisme : UROTDM immédiat aux urgences

Confirmer l’hématurie

Présence de sang dans les urines émises lors d’une miction. L’hématurie macroscopique : est visible à l’œil nu. L’hématurie microscopique est définie par ≥ 5–10 hématies/mm3à toujours confirmer par un ECBU.

Il existe de fausses hématuries (diagnostics différentiels) :

  • hémorragie de voisinage : urétrorragie, menstruations, métrorragie, hémospermie
  • coloration médicamenteuse : AINS, rifampicine, erythromycine, métronidazole, vit B12, salazopyrine, laxatifs à la phénolphtaléine
  • coloration alimentaire : betteraves, mûres, myrtilles, rhubarbe, choux rouge, colorant alimentaire
  • pigments sanguins ou biliaires : myoglobinurie (rhabdomyolyse), hémoglobinurie (hémolyse), bilirubinurie, porphyrie

Orientation clinique

Les antécédents généraux sont à évoquer : diabète, drépanocytose, tuberculose.

Les traitements en cours doivent être relevés : anticoagulants, AINS…

La chronologie de l’hématurie a une valeur localisatrice :

  • initiale : origine urethro-prostatique
  • terminale : atteinte vésicale
  • totale : atteinte urologique ou néphrologique possible

Orientation urologique :

  • facteurs de risque de carcinome urothélial : tabac, exposition professionnelle
  • antécédent de colique néphrétique, traumatisme, voyage récent
  • présence de caillots
  • symptomatologie : douleur lombaire, syndrome irritatif ou obstructif
  • anomalie aux touchers pelviens.

Orientation néphrologique :

  • patient jeune, infection ORL récente
  • HTA, œdèmes des membres inférieurs, protéinurie à la BU
  • absence de caillots ou de symptomatologie urologique

Examens complémentaires à prescrire

  • Orientation urologique :
    • ECBU
    • créatininémie, NFS, bilan d’hémostase ± pré-transfusionnel
    • échographie vésico-rénale
    • uroscanner
    • puis AVIS URO
  • Orientation néphrologique :
    • ECBU, protéinurie (N< 1gr/24h)
    • créatininémie, NFS, bilan d’hémostase
    • échographie vésico-rénale
    • puis AVIS NEPHRO
  • Hématurie isolée : bilan « urologique » de première intention avant d’envisager une étiologie néphrologique.

 

Spécificités chez l'enfant

Interrogatoire : rechercher si possibilité de corps étranger, ATCD familial hématurie

Echo à prescrire : abdominale et non seulement urinaire

Bio :

  •  Orientation supplémentaire sur l’analyse du culot urinaire : 
    • présence d’acantocytes et de cylindres hématiques, un VGM moyen < 60 μ, évoquent une origine rénale
    • La présence d’hématies de morphologie conservée avec un VGM normal évoquent une origine urologique.
  • A demander en plus en cas d’hématurie totale : iono sang, urée, albuminémie, dosage des fractions C3 et C4 du complément, anticorps anti-nucléaire et anti DNA, anticorps antistreptococciques. Urines : protéinurie/ créatinine urinaire, micro-albuminurie, rapport calciurie/créatinine urinaire.

Historique de la fiche

Fiche créée par le Dr Christophe CHEVASSUS (PARIS) le 17/05/2019

WIKISOSⒸ - 2019

Commission scientifique