Lombalgie commune

Lombalgie commune : douleur lombaire mécanique sans drapeau rouge

Lombalgie chronique : > 3 mois

Lombalgie récidivante : 2ème épisode en moins d’un an, risque de chronicité

Drapeaux rouges

  • Age < 20 ans ou > 55 ans
  • Douleur inflammatoire, nocturne
  • Aggravation progressive
  • Déficit sphinctérien
  • Atteinte motrice
  • Syndrome de la queue de cheval, paresthésies périnéales
  • Douleurs post-traumatiques
  • AEG
  • Fièvre
  • Antécédents de cancer, toxicomanie, corticothérapie au long cours
  • Déformation
  • Dorsalgies

Indications des examens radiologiques

Indication des radiographies standard :

  • Poussée aiguë avec ou sans radiculalgie = pas de radio
  • Drapeaux rouges
  • La radio ne devrait pas être réalisée pour “rassurer” le patient en raison du risque de fortuitomes (discopathies, ..) sans lien de causalité avec la douleur

Indication de l’IRM (TDM si CI) :

  • Lombalgie chronique > 3 mois
  • En prévision d’une infiltration ou d’une chirurgie

 

Traitement

Activité physique progressive et fractionnée, selon préférence du patient. Reprise précoce des activités quotidiennes et professionnelles.

Autres : techniques manuelles, TCC. Ceinture chauffante.

Traitement médicamenteux utile pour la gestion d’un épisode aigu mais sans efficacité démontrée à moyen terme.

Première intention : Paracétamol, AINS

Effets secondaires des traitements médicamenteux

  • Thiocolchicoside : Risque de génotoxicité et tératogénicité. CI chez la femme en âge de procréer. Durée de prescription max 7 jours à la dose maximale de 16 mg par jour. Balance bénéfice risque défavorable, efficacité incertaine ou non démontrée.
  • Néfopam : effets atropiniques : rétention urinaire, glaucome, dépendance
  • Gabapentine/ Prégabaline : possibles effets indésirables neuropsychiques et cardio-vasculaires divers. Prudence chez la personne âgée. CI chez la femme en âge de procréer.
  • Tricycliques : effets atropiniques
  • IRSNa: Duloxétine (Cymbalta) : balance bénéfice risque défavorable. Majoration HTA, troubles hépatiques, troubles du rythme
  • AINS : Traitement de 1ère intention si balance bénéfice risque favorable. Pas de prescription chez la femme enceinte, l’insuffisant rénal, atcd ulcère. Prudence chez la personne âgée.
  • Opiacés : risque de surdosage et de mésusage.

►  Indication de la kinésithérapie :

Patients à risque de chronicité : présence de facteurs de risque psycho-sociaux Kinésithérapie avec participation active du patient.

Les thérapies passives (massages…) n’ont aucune efficacité sur l’évolution de la lombalgie.

Exercices enseignés par le MKE et poursuivis à domicile.

►  Indication de la ceinture lombaire :

Possible sur une courte durée pour aider à la reprise d’activités.

Traitements non indiqués ou non évalués :

En l’absence d’étude, il n’est pas possible de statuer sur l’intérêt du traitement par Néfopam Acupan° ni par corticoïdes.

Non indiqués : ultrasons, semelles orthopédiques, myorelaxants (balance bénéfice/risque défavorable), antibiotiques, vitamide D, patch de lidocaïne Versatis°

► infiltrations non indiquées :

Indiquées uniquement en cas de radiculalgies associées persistantes et sévères malgré un traitement médical bien conduit

► Stratégie vis à vis de l’arrêt de travail :

Rechercher des difficultés professionnelles sous-jacentes, adresser au Médecin du travail

Durée de l’arrêt :

  • cas général : pas d’arrêt
  • douleurs intenses : 5 jours (recos sécurité sociale) à moduler
  • réévaluation médicale rapide pour éviter la chronicisation

Lombalgie commune de la femme enceinte

L’exercice physique modéré régulier est le traitement démontré de première intention de la lombalgie et des douleurs pelviennes prénatales. Les thérapies manuelles pourraient également être bénéfiques.

La corticothérapie n’a pas montré d’efficacité dans le traitement de la lombalgie vs placebo. Contre-indications : AINS, Aspirine, COXIB, surtout après 24 semaines, même ponctuellement.

Les opiacés sont envisageables pendant la grossesse, risque de syndrome de sevrage du nouveau né en cas de traitement prolongé.

Acupan insuffisamment évalué.

Eviter les radiographies.

Références de la fiche

Historique de la fiche

Fiche créée par le Dr Jovana MARKOV (PARIS) le 16/12/2019

WIKISOSⒸ - 2020

Commission scientifique